Carolane Sanchez

6614553129_318f28302a_n                                                                                Crédit photo : Yohann Sentimento

Carolane Sanchez est une artiste-chorégraphe, doctorante en danse, qui évolue au sein d’un univers flamenco contemporain.

Après avoir intégré la compagnie Gesticulation en 2003 où elle découvre durant cinq ans le langage de la danse-théâtre, sous la direction de Stéphanie Bardin, chorégraphe et analyste du mouvement diplômée de l’institut du Laban Bartenieff de New York et formée au bodymind centering, elle participe au sein de cette compagnie à la réalisation de trois créations : « La Part du Manque », « L’Autre du Désir », et « Dernier pas avant Zéro »La compagnie a été subventionnée par l’institut INJEP de l’Union Européenne, et s’est produite entre autre pour l’Unesco et s’est impliquée au sein de l’association Filactions (lutte contre les violences conjugales).

Durant sa formation universitaire de Lettres Modernes à Lyon, et en parallèle à son intégration de la formation professionnelle des danseurs contemporains de la Cie Désoblique, Carolane intègre pendant trois ans le collectif pluridisciplinaire la Fraction Impromptue. Elle expérimente auprès de cette troupe différentes techniques d’improvisation, à travers laquelle elle découvre notamment le champ de la danse contact. Ce collectif s’est produit durant trois ans dans divers espaces lyonnais, ou institutions : festival d’Aurillac, Chalon dans la Rue, festival d’improvisation de Palerme, en Italie, Cartoucherie de Vincennes , etc.

Puis, poussée par ses origines familiales andalouses, elle combine à partir de 2008 ses études de littérature (Erasmus à Séville) tout en enclenchant en parallèle sa formation en danse flamenco. Elle réalise, pour son master de Lettres Modernes depuis Séville, une recherche sur l’importance pour le développement de l’art flamenco des écrits des voyageurs anglais et français durant le XIXème siècle qui traversèrent l’Espagne pour traiter des danses espagnoles. Parallèlement à cela, elle continue de se former en danse flamenco, durant ces trois années de résidence à Séville, auprès d’artistes flamenco tels Manuela Reyes, Torombo, Ursula Lopez, Chloe Brule, Juan de los Reyes, …

Après avoir été diplômée du Diplôme Universitaire Art, Danse et Performance, dirigé par Aurore Després, Carolane poursuit par la suite sa recherche en Master 2 de Lettres, Art, Théâtres et Cultures du Mondes au sein de l’Université de Besançon, où à travers son étude de mémoire, elle questionne le flamenco entre tradition et contemporanéité, consacrant plus particulièrement sa recherche à l’analyse de l’approche « flamenco empirique » de Juan Carlos Lérida.

Elle participe en 2011 en qualité de co-auteure au court-métrage « Mas fuerte cantaba yo » sous la direction de Christina Firmino, et avec l’assistance du poète gitan Miguel Angel Vargas, une forme courte qui questionne la dimension politique des letras flamenco, et ses modalités de transmission. Ce court-métrage a gagné le troisième prix de la compétition des court-métrages flamenco du Festival de Madrid dirigée par Luciane Franco.

En 2012, Carolane est l’invitée de la chorégraphe Yunna Long en l’occasion du festival Breaking Arts durant une résidence de trois mois. Elle sera la danseuse principale de la pièce « Dazzling Spin« , processus de création dans le but d’opérer une rencontre entre la culture asiatique et la culture flamenco. La pièce « Dazzling Spin » a été présentée entre autre au Fringe Festival à Shenzhen et pour la chaîne de télévision Shanghai Dongfang TV.

Durant son séjour d’accueil en terre chinoise qui se prolongera d’une année, Carolane s’est produite pour divers centre culturels, institutions, tels le lancement de l’exposition de novembre 2012 du Guangdong Art Museum, ou encore pour la Galerie d’ART EMG Stone Gallery.

Entre 2013 et 2015 elle réside à Madrid, pour continuer sa formation au centre de flamenco Amor de Dios.

En juin 2015, elle reçoit l’attribution de la bourse Aide à la recherche et au patrimoine en danse, conférée par le Centre National de la Danse, afin de mener un projet de recherche intitulé : “Mémoire(s) : les Corps Flamenco Empirique”.

Elle fonde en 2015 la Compagnie Orkan, de laquelle émerge le spectacle “Paso”.  La pièce a été présentée entre autre au sein de l’abbaye de Charlieu en 2015, au sein du festival Breaking Arts Festival, à Guanghzou, en Chine, au Théâtre Monplaisir à Lyon en juin 2017, etc.

Le 16 janvier 2016, la Cie Orkan est sélectionnée par l’association Papillon Bleu pour faire la première partie de la chanteuse Rocio Marquez au théâtre municipal de Roanne.

Désirant mener une approche théorique mais aussi pratique de l’art flamenco, Carolane est depuis octobre 2015 doctorante contractuelle au sein de l’Université de Franche-Comté, sous la direction du Professeur Guy Freixe et Aurore Després, avec une thèse intitulée à ce jour : « Corporéités plurielles et palimpsestes de gestes : approche théorico-pratique de l’esthétique flamenco ».

Elle est actuellement membre de l’école doctorale de l’Université de Franche-Comté au sein du Laboratoire ELLIADD (Edition, Littératures, Langages, Informatique, Arts, Didactique, Discours), à Besançon, mais elle est également doctorante associée du CTEL (Centre Transdisciplinaire d’Épistémologie de la Littérature et des arts vivants), de l’Université Nice Sophia Antipolis. Dans le cadre de sa recherche doctorale, elle intervient au sein de nombreux colloques, séminaires, et publie des articles (voir https://orkancie.org/activite-recherche/ pour plus de détails).

En parallèle à sa recherche, Carolane est invitée entre 2016 et 2017 à collaborer avec des productions d’Opéra. Elle chorégraphie et danse au sein de la production « Carmen » d’Opéra Passion, ou encore pour la Cie Jeune Opéra de France au sein de la pièce « L’Enfant et les sortilèges »,  avec la mise en scène de Bénédicte Budan.

Désireuse de créer des jonctions entre recherche et création artistique, elle élabore des formats de « conférences-dansées » qui sont jouées au sein de théâtres, colloques, festivals.

En 2017, elle collabore au côté du cinéaste Julien Artru pour le documentaire « Corps flamenco », dont elle est co-auteure. Ce documentaire présente un portrait de l’artiste Juan Carlos Lérida, à travers sa pédagogie et sa trajectoire artistique.