Équipe artistique « Paso »

paso-bag-74La Jose, Benjamin Nicola, Rafael Cereceda, Carolane Sanchez dans Paso, photographie de Marie Colibri, Lyon, 2016.

Équipe artistique « Paso »

Carolane Sanchez (direction artistique, danse) 

Carolane Sanchez est docteure en Arts de la scène, pédagogue, fondatrice et directrice artistique de la compagnie Orkan.

Après avoir intégré la compagnie Gesticulation en 2003 où elle expérimente durant cinq la danse-théâtre, sous la direction de Stéphanie Bardin, chorégraphe et analyste du mouvement diplômée de l’institut du Laban-Bartenieff de New York et formée au Body-Mind Centering, elle participe en tant qu’interprète à la réalisation de trois créations : « La Part du Manque », « L’Autre du Désir », et « Dernier pas avant Zéro »La compagnie a été soutenue par l’institut INJEP de l’Union Européenne et a généré des projets artistiques pour soutenir les actions de l’Unesco et l’association Filactions (lutte contre les violences conjugales). Durant sa formation universitaire de Lettres Modernes à l’université Lumière Lyon 2, et en parallèle à son intégration de la formation professionnelle des danseurs contemporains de la Cie Désoblique, Carolane intègre pendant trois ans le collectif pluridisciplinaire la Fraction Impromptue. Elle explore auprès de cette troupe différentes techniques d’improvisation, dont le Contact Improvisation. Ce collectif s’est produit dans les espaces urbains lyonnais, mais aussi au sein du festival d’Aurillac, le festival des Espaces Publics Chalon dans la Rue, le festival d’improvisation de Palerme (Italie), la Cartoucherie de Vincennes, etc. Elle poursuit à partir de 2008 ses études de littérature à Séville tout en se formant intensivement là-bas à la danse flamenco. Elle réalise, pour son master de Lettres Modernes (Université Lumière Lyon 2) une recherche sur la perception des danses espagnoles par les voyageurs romantiques au XIXème siècle. Parallèlement à cela, elle continue de se former en danse flamenco, durant ces trois années de résidence à Séville, auprès d’artistes flamenco tels Manuela Reyes, Torombo, Ursula Lopez, Chlôé Brûlé, Juan de los Reyes,… Après avoir été diplômée du Diplôme Universitaire Art, Danse et Performance, dirigé par Aurore Després, Carolane poursuit une recherche en Master 2 de Lettres, Art, Théâtres et Cultures du Mondes au sein de l’Université de Besançon, où à travers son étude, elle questionne le geste flamenco entre tradition et contemporanéité, consacrant plus particulièrement sa recherche à l’analyse de l’approche « flamenco empirique » de Juan Carlos Lérida. Elle participe en 2011, en qualité de co-auteure, à la réalisation du court-métrage Mas fuerte cantaba yo sous la direction de Christina Firmino, et avec l’assistance du poète gitan Miguel Angel Vargas, une forme courte qui questionne la dimension politique des letras flamenco, et ses modalités de transmission (troisième prix de la compétition des court-métrages flamenco du Festival de Madrid, 2012). En 2012, Carolane est l’invitée de la chorégraphe Yunna Long en l’occasion du festival Breaking Arts durant une résidence d’un an en Chine. Elle sera la danseuse principale de la pièce Dazzling Spin, un processus de création qui explore la rencontre entre la culture asiatique et la culture flamenco. La pièce a été présentée entre autres au Fringe Festival à Shenzhen et pour la chaîne de télévision Shanghai Dongfang TV. Durant son séjour d’accueil en terre chinoise, Carolane s’est produite pour divers centres culturels, tels que le lancement de l’exposition de novembre 2012 du Guangdong Art Museum, ou encore pour la Galerie d’ART EMG Stone Gallery. Entre 2013 et 2015 elle réside à Madrid, pour continuer sa formation au centre de flamenco Amor de Dios. En juin 2015, elle reçoit la bourse Aide à la recherche et au patrimoine en danse, conférée par le Centre National de la Danse, afin de mener un projet de recherche intitulé : “Mémoire(s) : les Corps Flamenco Empirique”. Elle fonde en 2015 la Compagnie Orkan, de laquelle émerge le spectacle “Paso”.  La pièce a été présentée entre autres au sein de l’abbaye de Charlieu en 2015, pour le festival Breaking Arts Festival, à Guanghzou, en Chine, au Théâtre Monplaisir à Lyon en juin 2017, etc. Le 16 janvier 2016, la Cie Orkan est sélectionnée par l’association Papillon Bleu pour faire la première partie de la chanteuse Rocio Marquez au théâtre municipal de Roanne. De façon imbriquée à sa recherche artistique, Carolane entreprend une thèse-création en Arts de la Scène, sous contrat doctoral, au sein de l’Université de Franche-Comté (projet doctoral dirigé par Guy Freixe et Aurore Després, intitulé « Ce qui fait flamenco : palimpseste d’une recherche-création avec Juan Carlos Lérida », une thèse soutenue en 2019). Désireuse de créer des jonctions entre la Recherche et la Création, Carolane Sanchez élabore des performances, objets-créations pluridisciplinaires, tels que des vidéos expérimentales, des dispositifs d’exposition-performée avec la photographe Marie Colibri. Pour plus d’informations sur ses enseignements, publications et créations, voir : https://www.carolane-sanchez.com/).

Pablo Teyssier-Verger (créateur visuel, montage)

Après avoir étudié le cinéma au lycée Jérémie de la Rue à Charlieu, puis avoir suivi une formation au sein du BTS audiovisuel, spécialité montage à Cannes, Pablo Teyssier-Verger s’installe à Paris. Il travaille au côté de Vincent Bartélémy en qualité de monteur pour des documentaires tels : La Biennale de la Danse de Lyon (ARTE, 2013), Gala du tricentenaire de l’école française de danse (ARTE, 2013). Il va travailler également en tant que monteur pour de nombreuses émissions tels : Le Grand Journal (canal +), 28 minutes (ARTE), etc. Depuis mai 2012, il collabore plusieurs fois par an avec une équipe de production californienne, et monte pour eux des vidéos diffusées sur le site internet du magazine de cinéma le Hollywood Reporter. Il a travaillé pour le monde de la mode (L’OréalOPI), et entre 2015 et 2016, il réalise des clip vidéos pour un groupe de musique parisien appelé Santoré. Il est également sollicité en tant que cinéaste sur des projets artistiques. En effet, en 2014, Rafa Linares, metteur en scène parisien navigant entre l’Espagne et la France, lui demande de créer des vidéos pour son spectacle “Je refuse de faire un spectacle sur la fin du monde”. La pièce, à mis chemin entre danse, théâtre et conférence, verra le jour en octobre 2016 à Valence/ Espagne. Depuis 2013, il intègre la compagnie Orkan, réalisant des créations visuelles pour la pièce « Paso ».

Marie Colibri (photographe, créatrice visuel)

De nationalité franco-néo-zélandaise, photographe, voyageuse, Marie Colibri se définit avant tout comme une collectionneuse d’histoires. Son parcours artistique commence en 2003 lorsqu’elle intègre l’école La Martinière-Diderot de Lyon dans un cursus Arts Appliqués, durant lequel elle développe un échange culturel sur deux années entre une classe jurassienne et une école de campagne burkinabaise autour du vêtement et des arts visuels (création de contes illustrés et de court-métrages). Par la suite, elle effectuera de nombreux voyages en Afrique de l’Ouest qui lui confirment son intérêt profond pour l’humain et nourrissent sa passion grandissante pour la photographie. En 2006 à l’âge de 20 ans, diplômée d’un BTS en design de mode, textile et environnement, elle poursuit sa formation en autodidacte avec l’exploration d’autres continents, entrecoupée de passages en chambre noire à Lyon, où elle travaille alors en tant que graphiste et illustratrice freelance. En 2011, elle s’établit à son compte dans la photographie de mode et lifestyle, avec une fascination pour l’univers de la femme enceinte qu’elle exprime à travers sa marque Grain d’elle. Sa collaboration avec la créatrice de mode parisienne Moïra Cristescu l’amène à exposer en décembre 2011 sa série « Echos Intimes » : des photographies mystérieuses de binômes de femmes vêtues et dévêtues. En 2011, elle effectuera un partenariat avec la compagnie de danse Hallet Eghayan, et ses photos seront publiées dans le magazine « Danser » (série de photo sur la création « Pour Gisele » suivie d’un reportage photo dans le cadre du festival de danse méditerranéen Intermed IV). En 2011, elle réalise une collaboration avec la scénographe Juliette Morel et l’artiste Bia sur une série de photos revisitant de manière contemporaine la pièce Macbeth de Shakespeare. De 2011 à 2014, elle sera lauréate d’un concours organisé par le magazine Compétence Photo, Photobox, Zeiss et Ricoh, également du concours « L’exotisme en bas de chez nous » organisé par Darqroom (photo projetée aux Rencontres d’Arles), et du concours Hahnemühle-DarQroom (photo exposée au Salon de la Photo à Paris et imprimée dans le portfolio du prestigieux fabricant de papier fine art Hahnemühle). En 2013, Marie Colibri intègre la compagnie Orkan et collabore pour la pièce « Paso » par le biais de la création photo et vidéo.

La Jose (chant)

Josefina Gomez alias La José est une chanteuse espagnole. Native de la capitale madrilène, tout en étant issue d’une tradition de chanteur gitans aficionao de Grenade, elle s’est construite un univers artistique singulier et riche de collaborations. Du chant flamenco, à la technique vocale lyrique, musique arabo-orientale, juive-sépharade, rumba cubaine, funk, soul, jazz,pop…, son univers est composé de nombreuses influences. Elle a collaboré avec divers groupes tels : Sentimiento Positivo, Biriliquitiqui, Almaderia, le groupe de musique arabe-oriental Atta Chakki, le groupe de rap colombien Zona Marginal, groupe de rock flamenco progressif Masap, mais aussi avec Julio Castejon et le groupe Asfalto, le groupe Ofir (répertoire séfarade), avec qui elle a fait des tournées dans toute l’Europe (Gibraltar Wolrd Music Festival, Espagne, France, Italie, Bosnie et Macédoine), en passant par le Sacromonte (Trance Fusion). En 2013 Josefina Gomez sort son disque « Zoom », à côté de Rapsoda, une collaboration qui sera relayée auprès des médias nationaux. Puis en 2015, elle sort son album Espiral, au côté de son acolyte artistique Victor Iniesta. Cet album, dense de mélanges et des nombreuses inspirations multiculturelles de La Jose, rencontre un vif succès en Espagne, et les clips se retrouvent diffusés sur les chaînes nationales.

Benjamin Nicola (guitare flamenco)

De famille espagnole de Valence, suite à une formation en guitare classique Benjamin Nicola se spécialise ensuite dans le flamenco auprès de Marc Loopuyt à l’ENM de Villeurbanne et Juan el Flaco à Lyon. Durant un voyage de cinq ans, il sillonne l’Europe avec sa guitare, ce qui lui permettra de faire escale à Jerez de la Frontera et de pouvoir bénéficier de l’enseignement de « El Carbonero ». Sur Lyon, Benjamin Nicola évolue dans différentes compositions musicales, tels le groupe Madrilyon, ou encore Mariposa negra.

Rafael Cereceda (guitare flamenco et oud)

Rafael Cereceda est un musicien espagnol, natif de Madrid, issu tout d’abord d’une formation en guitare classique, Rafael Cereceda s’ouvre par la suite à la culture blues, jazz, bossa nova, puis flamenco. Il intègre en Espagne le groupe Alcarajo Band, collabore avec le musicien Catalan Llorenç Barber, avant d’intégrer par la suite le groupe flamenco Albujaira. En parallèle à son activité de guitariste, il intègre le oud à son répertoire. A son arrivée sur Lyon, il collabore avec Julianna Ymira, Juan Carlos Principal et investit le projet de groupe flamenco fusion Madrilyon. En 2015, il compose un répertoire de chansons brésiliennes, espagnoles, et françaises fondant le duo Boca a boca au côté de l’actrice-chanteuse Louise Didon. Rafael Cereceda intègre l’équipe du spectacle « Paso » en 2014, en tant que compositeur, et musicien.

Moïra Cristescu (créatrice costumes)

Née à Senlis mais vivant à Paris, Moïra Cristescu est une créatrice de mode fascinée par le corps. Après un BTS en design de mode à la Martinière-Diderot à Lyon et un stage de sculpture suivi à l’Accademia di Belle Arti en Sicile , elle entre dans la prestigieuse école d’Art et de Design Central St Martins de Londres. Ses créations de fin d’études remarquées, ont été relayées ensuite par la presse, notamment à travers la revue en ligne Vogue, mais aussi solicitées par le prestigieux Dazed&Confuzed magazine. Elle a été sélectionnée parmi les six talents de La nuit de la mode, et a terminé finaliste du Triumph Inspiration Award et de la compétition Podium Jeunes Stylistes. Elle travaille par la suite auprès de grandes Maisons, telles Kenzo et Jean Charles de Castelbajac à Paris, Narciso Rodriguez et Proenza Schouler à New-York, assiste Georges Wu en Australie, et sera freelance pour la marque Mother of pearl à Londres. Depuis 2011, elle a rejoint le studio d’un grand couturier à Paris, auprès de qui elle dessine pour la collection femme et les VIP. Sous son nom propre, elle crée de nombreuses pièces pour l’évènementiel, la scène et le cinéma.

%d blogueurs aiment cette page :